La Manufacture des Bruits de Fond a été créée un peu sur un coup de tête. Une histoire d'enregistrements qui allaient rester moisir au fond d'un disque dur, alors qu'on les trouvait dignes d'intérêt. Et puis il y avait cet ovni, à mi-chemin entre electrocore et chanson française. Personne n'y croyait trop, d'ailleurs pas même nos amis. Mais on s'était laissé séduire. Par la musique et par le personnage, Boris "Saoulaterre" Domalain. Prince des catas, allumé notoire, ayant fait du Politox Entertainment un art de vivre. C'était en 2000 ou 2001. Risbo avait alors dégoté une chanteuse issue du milieu de la comédie musicale, Ann'So, pour ce qui allait brièvement devenir D'Eux, ce projet hors norme, resté unique en son genre. Quelques concerts - nous n'en avons même pas vu un ! - et un disque « Entre deux os », publié par nos soins sous la référence Bruits de Fond 02. Un bide monumental ! Mais aucun regret. La Manufacture des Bruits de Fond était lancée. Chouette aventure, finalement, douze ans plus tard. Nous la devons ainsi largement à Boris. Celui-ci nous a quittés vendredi 5 juillet 2013. Au delà de ce disque, il nous lègue une œuvre sonore atypique, poétique, délirante, joyeuse, furieuse, entre génie et fumisterie. Hardcore, pour de vrai, à la vie, à la mort !
Bon nombre de références sont encore disponibles notamment chez Toolbox. Et, pour les choses plus récentes, sur son compte soundcloud. Il nous laisse aussi des souvenirs impérissables de fêtes sauvages dont lui seul avait le secret, de déconnes psychédéliques, de graffitis labellisés UHT et encore d'incroyables virées dans les boyaux du sous-sol parisien avec sa bande peu recommandable des FC. Tout cela va nous manquer. Boris nous manque déjà.

Merci et adieu l'ami.

 

Dig it!, cinquième volume. Imaginez. Un mix qui vous conduit de Somatic Responses à Xanopticon via 35 autres projets tout aussi captivants. On ne va pas se mentir, c'est ça qu'on aime vraiment. Affranchi des contraintes techniques par l'outil numérique, DJ Oblique se fait en effet remarquable par sa capacité à mobiliser les plus audacieux trafiquants de rythmes, les savants manipulateurs de fréquences, les forgerons de l'immatériel, les bûcherons du groove.

 

Vous aussi, ça vous chauffe ? Branchez-vous donc sur le « Death canal ». Et dansez jusqu'à l'étourdissement !

 

Le Bruits de Fond Weekender s'achèvera le dimanche 21 avril au VIP sur le port de Saint Nazaire, toujours à l'invitation du B.A.C. Un dernier rendez-vous en mode éclectique, où l'électrique et l'électronique croiseront leurs décibels avec, comme objectif, un maximum de plaisir auditif !

Se succéderont ainsi sur la scène de la mezzanine du VIP Mistress Bomb H accompagnée de Jean Ferraille en maître des forges, Jessica93, le projet solo du guitariste des Louise Mitchels et des MissFist, avec sa boîte à rythme au groove métallique, ses boucles de guitares saturées, obsédantes et son chant fantomatique, et CCHWET, live atypique fondé sur la trituration de bonne vieille Nintendo DS dans un esprit aussi jovial que sauvage. Sans oublier, pour assurer le fil conducteur aux platines, S.Y.D et sa sélection bien sanguine à base de bass music, electro, front wave et autres délicatesses noisy.

 

LE VIP - Alvéole 14 de la base sous-marine, port de Saint Nazaire.
Entrée gratuite dès 19h.

 

 

Nouvelle archive qui bastonne en provenance d'un disque dur oublié sous un canapé, avec un extrait du mix réalisé il y a 8 ans presque jour pour jour sur une péniche bruxelloise à l'occasion de la F.A.S.T. 06, du nom de ce collectif emmené par Bobé Van Jézu, spécialisé dans les déviances électroniques, de l'ambient chamanique au break épileptique. C'était d'ailleurs le cas de cette géniale party qui réunissait, outre les deejays maison, rien moins que Tzii, Les Trolls, Electric Kettle, R.E.D.A., FUEL inSEKT et donc S.Y.D pour sa première date en Belgique. Gros son, et grand souvenir ! Pour vous convaincre de l'ambiance torride du printemps 2005 sur les quais de la Senne, voici donc l'enregistrement d'une prestation tonitruante, prise en cours de route et abandonnée juste avant la fin, mais qui donne assurément envie de retrouver ses jambes d'antan !

Le Bruits de Fond Weekender se poursuivra tout l'après-midi du samedi 20 avril sur le port de Saint-Nazaire. En écho au record store day ce même jour, rendez-vous est donné au Beach Art Center, précieux petit lieu pour acheter ses vinyles d'electro, techno et breaks (grâce à la Diskeuz, célèbre micro-distro de la presque-île), suivre une rencontre avec un auteur ou un artiste, visiter une expo et tout simplement pour écouter les sons les plus dissonants et détonants du moment.
La preuve avec la délégation de la Manufacture des Bruits de Fond qui s'emploiera pour l'occasion à secouer les fondations de ce bâtiment d'après-guerre. De 14h30 à 19h30 se relaieront donc aux platines S.Y.D et CCHWET, avec comme point d'orgue le live d'Aphasia_aka_Jean Ferraille en mode best-of. Bien entendu, le tout gratuitement !

 

B.A.C - Le Building, 15 rue du Port, Saint Nazaire.